Pascaline Michon
- les sens hyper développés -

A travers Documenter La Vie, nous souhaitons  valoriser la magnifique singularité de chaque photographe de famille. 

 

Notre Workshop Quintessence a d’ailleurs cette ambition, permettre à chacun de construire une démarche qui lui est propre, alignée avec ses valeurs et sa personnalité, pour vivre au mieux leur vie professionnelle. 

Et à travers les différents espaces de Documenter La Vie, nous cherchons à inspirer nos collègues de cette magnifique possibilité, pour qu’ils s’autorisent à accepter et valoriser leur sensibilité. 

Mais aussi parce que nous souhaitons que les familles en quête de leur photographe de famille, puisse trouver leur perle rare. 

 

Crédit Photo : Pascaline Michon

Parce que nous sommes convaincues qu’un reportage de famille 

est un véritable trésor pour ceux qui le reçoivent, 

et un cheminement incroyablement beau pour celui qui le pratique. 

Chaque photographe de famille, est porté par une mission différente, et a donc quelque chose de singulier à apporter au monde et aux familles.
Alors il nous tient à cœur de révéler au plus grand nombre les talents, et les belles singularités que nous avons eu la chance de rencontrer, et qui partagent pleinement les valeurs de Documenter La Vie. 

Et pour commencer cette série, nous sommes ravies de vous présenter : 

Pascaline Michon

Crédit Photo : Pascaline Michon

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis Pascaline Michon, j’ai 45 ans et je suis maman de 3 enfants. Je fais de la photo depuis plus de 10 ans maintenant mais j’ai créé mon entreprise en septembre 2017 car je n’étais plus épanouie dans ce que je faisais. Et après avoir beaucoup donné aux autres, j’avais un besoin profond de réaliser quelque chose pour moi…

Qu’est ce qui t’a attiré dans le reportage de famille ?

Cela fait déjà plusieurs années que je m’intéresse au reportage de famille et plus exactement au reportage du quotidien, déjà bien avant de créer mon entreprise. 

Je faisais déjà beaucoup de portraits de mes enfants, de ma famille, mais plutôt des gros plans de visages. 

Et puis peu à peu je me suis mise à prendre plus de distance et à intégrer du contexte pour aller plutôt vers des scènes de vie. 

Je me suis rendu compte que j’aimais énormément les moments du quotidien, les moments de partage, le vivre ensemble… ça s’est ancré profondément en moi mais au bout du compte, je crois que c’était déjà là depuis très longtemps ! 
J’ai commencé à me documenter sur cette approche, et depuis ça m’obsède 😉

Qu'est-ce qui fait ta singularité ?

En quoi ton histoire, ta personnalité, ton parcours a renforcé ta vision du reportage de famille ?
Crédit photo : Pascaline Michon

Je crois qu’en fait le noyau de tout ça, c’est la famille. 

C’est quelque chose de vraiment très important pour moi les relations familiales. 

J’ai un peu baigné dans la photographie depuis que je suis toute petite, car mon papa était aussi photographe (amateur) et il nous a énormément photographié quand nous étions petit. 

Je me souviens qu’on faisait des soirées diapos, j’adorais ça, quand on regardait nos souvenirs de vacances, mais aussi quand on visionnait des photographies de mes parents plus jeunes, de leur vie avant nous. 

Il y avait des photos de ma mère enceinte de moi, et mon père a même documenté la naissance de mon petit frère (on est 4 enfants en tout). Pour moi toutes ces photos sont hypers puissantes, c’est l’histoire de ma famille, c’est un trésor inestimable… 

L’essentiel est là pour moi ! 

Quand je les regarde, j’ai plein de souvenirs qui remontent à la surface, des odeurs qui me reviennent. 

Comme je suis hypersensible, d’un point de vue non seulement émotionnel, mais aussi parce que mes sens sont hyper développés, c’est vraiment très fort pour moi ! 

Vous avez pu avoir un aperçu de ma sensibilité pendant le workshop Quintessence, ah, ah ! 

Avant, c’est quelque chose que j’aurais refoulé, j’ai longtemps essayé de le faire d’ailleurs en pensant que j’avais un problème. 

Mais j’ai compris depuis quelques années que ma grande sensibilité était en fait une force, que ça me permettait d’être complètement en phase avec mon environnement, et que ma grande empathie m’aide à ressentir plus facilement la personnalité des gens que je rencontre. 

C’est très important pour moi quand je suis en reportage pour capter l’essence de la vie de famille, et rendre aux personnes qui font appel à moi des images qui leur ressemblent, vraies, spontanées et naturelles. 

J’ai très envie que ces familles puissent aussi connaitre la joie et l’émotion que tous ces souvenirs photographiques procurent quand on les regarde quelques années plus tard. 

Je crois aussi que pour les enfants c’est très important de pouvoir s’appuyer sur ce patrimoine photographique dans leur construction. 

Cela leur permet de connaitre leur histoire familiale, leur place au sein de la famille et dans la fratrie. 

Je suis aussi très intéressée par le storytelling, c’est à dire par le fait de raconter une histoire à travers mes photos.

Tous mes reportages sont construits de sorte qu’ils racontent quelque chose. Pour moi donc c’est difficile de ne pas rendre toutes les photos du reportage, car sinon il n’y a plus de cohérence dans l’histoire que j’ai raconté. C’est une valeur de plus que j’apporte dans mon travail et j’y tiens beaucoup.

La famille est donc au cœur de ma démarche. Je ne fais pas de prestations de mariage par exemple car ça ne me correspond pas du tout.

Crédit photo : Pascaline Michon
Comment te sentais tu avant de vivre le workshop Quintessence ? Comment abordes-tu tes projets professionnels depuis ?

Je dois dire qu’avant de rencontrer, d’abord virtuellement, puis lors du workshop Quintessence les membres de la communauté Documenter La Vie (et surtout vous Julie, Nicole et Elodie !), je me sentais extrêmement seule ! 

Je doutais beaucoup d’avoir choisi de me spécialiser dans le reportage de famille, et j’avais vraiment l’impression que personne ne s’y intéressait. 

J’ai toujours eu cette sensation dans ma vie d’être un peu considérée comme une extraterrestre que personne ne comprenait, parce que j’ai un peu de mal à me conformer à la norme… 

J’ai eu beaucoup de personnes qui m’ont dit que ça ne marcherait jamais, que les gens s’en foutaient d’avoir des photos de famille vu que tout le monde prenait des photos avec son téléphone. 

 

Quand tu es seule dans ton coin, avec tes problèmes d’entrepreneur et que tu ne sais pas a qui en parler, c’est vraiment dur de garder le cap. 

Mais j’avais vraiment foi en mon projet, et donc c’est en faisant renaître mon compte Instagram de ses cendres, et en recherchant des photographes qui partageaient mes valeurs que je vous ai trouvées 😉 

Votre bienveillance, votre regard sur mon travail, vos conseils m’ont fait un bien fou ! Je me suis vraiment sentie soutenue et épaulée ! 

 

Alors quand les pré-inscriptions du workshop ont été lancées, je n’ai pas réfléchi et j’ai signé tout de suite. 

Pour une fois j’ai écouté mon cœur et pas ma tête, et je suis tellement heureuse de m’être fait ce cadeau ! 

Beaucoup d’entre nous le disent après ce workshop, mais on a l’impression d’avoir une deuxième famille, c’est vraiment ça… 

Le workshop a remué encore pas mal de choses en moi, et ça m’a aussi conforté dans mes choix et dans l’idée que j’étais sur la bonne voie. 

 

Le partage d’expérience, c’est vraiment magique ! 

 

Le retour a été un peu difficile car il a fallu que je redescende de mon petit nuage, mais je suis motivée, j’y vois plus clair. 

Cela m’a permis de poser des objectifs et surtout d’avoir une vision sur le plus plus long terme, au lieu de vivre au jour le jour. 

Je sais où je vais, et ce que je dois mettre en place pour y arriver. 

L’organisation n’étant pas mon fort, j’essaie de suivre un objectif à la fois au lieu de m’éparpiller dans tous les sens !

Cela m’a permis de poser des objectifs 

et surtout d’avoir une vision sur le plus plus long terme, au lieu de vivre au jour le jour. 

Je sais où je vais, et ce que je dois mettre en place pour y arriver. 

L’organisation n’étant pas mon fort, j’essaie de suivre un objectif à la fois au lieu de m’éparpiller dans tous les sens !

Si tu avais un conseil à donner à un.e collègue qui souhaiterait s’essayer au reportage de famille ?

Je ne serais sûrement pas très objective étant donné que c’est vraiment ce qui moi me fait vibrer ! Je conseillerai dans un premier temps de s’exercer à photographier son propre quotidien, sa famille, ses proches sans chercher à modifier l’environnement mais en restant spontané.

Ensuite je crois qu’il est très important de faire des séances test chez des familles, en vraies conditions de reportage pour se rendre compte de ce qu’on aime ou pas, de voir quelle approche on peut avoir.

Et surtout, l’essentiel, c’est d’investir en soi, en se formant auprès d’autres photographes qui sont dans cette démarche de reportage.

C’est vrai que parfois on hésite, car financièrement ce n’est pas toujours simple mais franchement, ça fait gagner un temps fou, on fait des bonds de géant !

Crédit Photo : Pascaline Michon

Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour la suite ?

On peut me souhaiter plein de familles à photographier 😉 J’aimerais aussi beaucoup développer les reportages de grossesse et de maternité mais comme j’ai déjà 45 ans (aie), je n’ai plus beaucoup de femmes enceintes dans mon entourage, et c’est difficile de communiquer dessus pour moi, car je n’ai pas d’images à montrer. J’ai aussi d’autres projets en tête et j’espère vraiment pouvoir les concrétiser !

Merci beaucoup Pascaline, d’avoir partagé avec nous ta sensibilité, ton parcours, tes émotions aussi ! 

Ces émotions qui font pleinement partie de ce que tu offres aux familles qui ont la chance de te rencontrer. Grâce à elles, tu as la possibilité de capter avec précision et attention ces détails qui font tout, ces jolis reliefs de la vie. 

Nous sommes si heureuses que tu prennes enfin confiance, et conscience de tout ce que tu as à offrir autour de toi ♥
On te souhaite plein de familles à photographier !!! et de pouvoir concrétiser ces jolis projets, de les faire sortir de ta tête pour que le monde puisse en profiter ! ♥

Vous pouvez retrouver Pascaline sur ces différents espaces, son site, instagram et facebook :

Crédit photo : Pascaline Michon

Vivre l'Expérience
du Workshop Quintessence

Si toi aussi tu te retrouves dans les valeurs de Quintessence, 

que tu ressens le besoin / l’envie de t’accorder du temps pour penser en profondeur ta démarche de photographe de famille,

si tu sens qu’un bon coup de boost, d’énergies positives, et de bienveillance, te feraient le plus grand bien, 

et que tu es convaincu.e que ton projet professionnel est fortement lié à ton parcours personnel, 

 

alors nous serions ravies de partager cette expérience avec toi ! 

Crédit photo : Pascaline Michon